Archives du mot-clé TAUX DE CRÉDIT IMMOBILIER

PRÊT IMMOBILIER TAUX ZÉRO – SIMULATION

 

PRÊT IMMOBILIER TAUX ZÉRO – SIMULATION

Le PRÊT IMMOBILIER TAUX ZÉRO est une mesure phare qui aide les foyers à accèder à la propriété immobilière en acquérant sa résidence principale que ce soit dans le neuf que dans l’ancien.

En effet, après plus de deux ans de baisse, soldée par un taux moyen historique de 3,25% en novembre 2010, les taux de crédits immobiliers « classiques » s’engagent de nouveau sur une pente ascendante.

Aussi, le PRÊT IMMOBILIER TAUX ZÉRO lui permet d’arriver avec un apport personnel aux banques lors d’une demande de crédit immobilier. Le prêt à taux zéro ne peut en aucun cas être l’emprunt principal ou unique, et doit permettre de diminuer le montant des autres prêts immobiliers et le coût de l’opération.

Le remboursement du prêt est individualisé et modifiable selon vos besoins. L’échéancier de vos remboursements sera calculé en fonction :

– de vos ressources,

– des mensualités de vos autres emprunts concernant ce même logement.

Plus vos ressources seront modestes et plus ce prêt sera remboursé tardivement.

Pour avoir plus de renseignements sur le PRÊT IMMOBILIER TAUX ZÉRO ou faire une SIMULATION, allez dès maintenant sur :

diagnostic-expertise.com

MEILLEUR CRÉDIT IMMOBILIER : Quel est le contrat-type du meilleur crédit immobilier ?

 

MEILLEUR CRÉDIT IMMOBILIER : Quel est le contrat-type du meilleur crédit immobilier ?

Cette offre de crédit doit être adressée par voie postale à l’emprunteur ainsi qu’aux personnes qui se sont portées  caution.  Cette offre doit mentionner les points suivants :

L’identité des parties (prêteur et emprunteur) et  l’identité des personnes qui se seraient portées cautions.

– La nature et l’objet du prêt (mêmes remarques que dans  le cadre de ta publicité).

Les modalités du prêt : dates et conditions de mise à disposition des fonds.

Un tableau d’amortissement qui détaille, pour chaque mensualité, la répartition entre l’intérêt payé et le capital remboursé. Cette obligation n’est valable que  pour les prêts à taux fixes pour  lesquels, précisément, ce calcul est possible.

Le montant des sommes qui pourront être prêtées. S’il s’agit d’un prêt pour une construction, dans le cadre duquel les sommes sont libérées en fonction de l’avancement des travaux, les fractions périodiquement disponibles devront être indiquées.

Le coût total du crédit (intérêts + frais annexes),

Le taux effectif global, qui doit intégrer le taux effectif du crédit, « les frais, commissions ou rémunérations  de toute nature, directs ou indirects, y compris ceux qui sont payés ou dus à des intermédiaires intervenus de quelque manière que ce soit dans I’octroi du prêt, même si ces frais, commissions ou rémunérations correspondent à des débours réels » (définition du taux effectif global de l’article L 313-1).

Les modalités de l’indexation du taux d’intérêt si le prêt est à taux d’intérêt variable.

Les stipulations, assurances ou sûretés réelles ou personnelles exigées pour la conclusion du prêt. Leur coût doit faire l’objet d’une évaluation. Ce sont les hypothèques, cautionnements, privilèges de prêteur de deniers et assurances exigées par le prêteur pour qu’il accepte de prêter les fonds.

Les conditions requises pour le transfert éventuel du prêt à une autre personne.

Les dispositions relatives aux délais telles que décrites par l’article L 312-10 : « L’envoi de l’offre oblige le prêteur à maintenir les conditions qu’elle indique pendant une durée minimale de trente jours à compter de sa réception par l’emprunteur. L’offre est soumise à acceptation de l’emprunteur et des cautions, personnes physiques, déclarées. L’emprunteur et les cautions ne peuvent accepter  l’offre que dix jours après qu’ils l’ont reçue. L’acceptation doit être donnée par lettre, le cachet de la poste faisant foi ».

Quel est le meilleur taux de crédit immobilier ? Fixe ou variable ?

 

Quel est le meilleur taux de crédit immobilier ? Fixe ou variable ?

L’avantage principal des emprunts à taux fixes est qu’il permet de connaître le coût du crédit dès le départ. Il n’y a donc aucune incertitude quant à cette donnée fondamentale que constitue le prix du crédit.
Le prix du crédit ne subira pas les éventuelles évolutions des marchés financiers, ce qui permet une gestion plus saine et plus efficace de la charge pécuniaire mensuelle : le budget consacré mensuellement à l’emprunt ne variera pas.
Toutefois, pour la majorité des banques, cette sécurité relative est contrebalancée par le fait que l’emprunteur ne pourra justement pas bénéficier des variations des taux à la baisse. Dans une période de taux d’intérêt très bas le taux d’intérêt du crédit contracté à taux fixe pourra s’avérer beaucoup plus haut que les taux du marché.

Pour les emprunteurs ayant contracté à taux fixe un crédit en 1991, à une période où les taux d’intérêts moyens avoisinaient les 9,20%, le prix de la sécurité s’est avéré extrêmement élevé…
De plus, les taux fixes, de par la sécurité qu’ils procurent, sont plus élevés que les taux variables de 1,5%  à 2% en moyenne.
Enfin, le remboursement par anticipation d’un crédit à taux fixe fait toujours l’objet d’une pénalité de remboursement qui est en général assez élevée, souvent proche de 3% du capital restant dû.

Comme il a été précisé plus haut, les taux de départ des emprunts à taux variables sont plus bas, même quand ils sont « capés« , que les emprunts à taux variables.
Mais l’avantage le plus évident est qu’en cas de baisse des taux d’intérêts du marché, l’emprunteur va immédiatement voir le coût de son crédit diminuer dans les mêmes proportions.
De plus, en cas de remboursement anticipé de l’emprunt, la banque ne perçoit aucune pénalité.

Cependant, la variabilité du taux d’intérêt présente des risques non négligeables en période de hausse des taux d’intérêt. L’important avant de prendre une décision entre taux fixe et taux variable est de bien étudier l’évolution des taux d’intérêt sur une longue période. Les conseils d’un expert financier seront toujours d’une grande utilité. Mais dans tous les cas, c’est la logique qui doit primer.
En effet, après une tendance à la baisse de plusieurs années, jusqu’à atteindre des taux plancher aux alentours de 4% annuels, les taux d’intérêts vont forcément remonter. C’est pourquoi il est recommandé,  pour un crédit de longue durée (plus de 10 ou 15ans), d’opter pour un crédit à taux fixe.

Voir : Quel est le meilleur courtier en crédit immobilier ?