Quelle indemnisation en cas de surbooking ?

Surbooking

La pratique de surbooking correspond au fait de fournir à deux personnes une même prestation dont une seule peut bénéficier. Tel est le cas lorsqu’une compagnie aérienne vous vend une place qu’elle n’est pas en mesure de vous fournir dans l’avion.

Réglementation du surbooking

Cette pratique du surbooking est légale dans l’Union européenne ! Des mesures de protection ont cependant été édictées le 17 février 2005 par la Commission européenne. La compagnie aérienne qui pratique le surbooking au détriment d’un passager qui ne peut accéder à son siège alors qu’il a acheté un billet doit obligatoirement lui proposer : soit un réacheminement sur un autre vol ; soit le remboursement de son billet.

Quelle indemnisation en cas de surbooking ?

Les frais entourant l’attente du vol ultérieur sont entièrement pris en charge par la compagnie aérienne (notamment les rafraîchissements, repas, et hébergements). Le passager éconduit peut également obtenir une compensation financière d’un montant égal à : 250 € pour les vols de moins de 1 500 km ; 400 € pour les vols de 1 500 à 3 500 km ; 600 € pour les vols de plus de 3 500 km.

Sauf accord de votre part, cette indemnité ne peut être payée en bons d’achats ou crédits de vols à venir. L’indemnité doit donc vous être versée en argent.

Pour en bénéficier, le billet d’avion doit être marqué « ok ». Son titulaire doit voyager sur un vol régulier (pas un « charter ») ou un vol compris dans le prix d’un voyage à forfait. Le vol doit être assuré par un transporteur communautaire quel que soit le pays de départ et le pays de

destination. Si le vol est assuré par un transporteur non communautaire, il doit partir en provenance d’un pays membre de l’Union européenne.

Ce contenu a été publié dans Actualité, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *